Un pseudolymphome mixte chez une femme sous tamoxifène : un réel défi étiologique

Auteurs

  • Ibtissam Benslimane Kamal Service de dermatologie et de vénéréologie, CHU IBN ROCHD de Casablanca, Maroc
  • Fouzia HalI Service de dermatologie et de vénéréologie, CHU IBN ROCHD de Casablanca, Maroc
  • Soumiva Chiheb Service de dermatologie et de vénéréologie, CHU IBN ROCHD de Casablanca, Maroc

DOI :

https://doi.org/10.4314/aam.v14i4.16

Mots-clés :

pseudolymphome cutané, herpès simplex virus, pseudolymphome post-viral

Résumé

Nous rapportons un cas de pseudolymphome cutané du nez faisant suite à un herpès chez une patiente sous tamoxifène. Une patiente de 53 ans, suivie pour une tumeur du sein sous tamoxifène, avait présenté 1 mois avant de consulter un nodule ferme du nez. L’interrogatoire avait décelé un antécédent d’herpès naso-labial résolu quelques jours avant. La biopsie cutanée et l’immunohistochimie révélaient un infiltrat lymphoïde mixte réactionnel. Le reste du bilan était négatif. L’évolution était marquée par la régression spontanée du nodule. L’originalité de notre observation réside dans la rareté de l’association d’un pseudolymphome à une infection herpétique. La majorité des pseudolymphomes sont idiopathiques et leur évolution est marquée généralement par la régression spontanée des lésions.

Chez notre patiente la régression spontanée de la lésion malgré la poursuite du tamoxifène, semble être un élément en faveur de l’imputabilité du virus d’herpès dans la survenue du pseudolymphome.

Reçu le 8 mars 2021

Accepté le 1 juillet 2021

Téléchargements

Publiée

28.09.2021

Comment citer

Benslimane Kamal, I., HalI, F., & Chiheb, S. (2021). Un pseudolymphome mixte chez une femme sous tamoxifène : un réel défi étiologique. Annales Africaines De Médecine, 14(4). https://doi.org/10.4314/aam.v14i4.16